Dans notre premier article, nous vous invitions à découvrir les montres chronographes. Aujourd’hui, nous allons parler de la montre automatique. Quelles sont ses caractéristiques et son histoire ?

Comment fonctionne une montre automatique ?

Une montre automatique est tout d’abord une montre mécanique.

Contrairement aux montres à quartz qui nécessitent l’énergie d’une pile ou d’une batterie, les montres mécaniques fonctionnent indépendamment. Il est cependant nécessaire de remonter la montre manuellement ou à l’aide d’un tourne-montre.

Une montre mécanique fonctionne grâce à un ressort en forme de spirale, appelé « ressort de barillet ». Tendu, il stocke de l’énergie qu’il relâche lorsqu’il est détendu. Une montre mécanique standard nécessite qu’on remonte le mécanisme quotidiennement.

Les montres automatiques, quant à elles, se remontent grâce aux mouvements du porteur, qui créent de l’énergie. Elles ont donc besoin d’être remontées moins fréquemment. Un peu moins précises que les montres à quartz, elles ont l’avantage d’être plus durables.

Une de nos montres automatiques | Photo : Montre dame automatique Bianchi

Une de nos montres automatiques | Photo : Montre dame automatique Bianchi

La montre automatique apparut au XVIIIème siècle

Il est communément admis que c’est l’horloger suisse Abraham-Louis Perrelet qui inventa le mécanisme de remontage à rotor en 1777. Il appela les montres issues de cette découverte « montres à secousse » car elles fonctionnent grâce aux mouvements de leur porteur.

Cependant, d’autres documents permettent quant à eux d’affirmer que c’est l’horloger liégeois Hubert Sarton qui fut à l’origine des premiers mécanismes de remontages à rotor en 1777.

On ne sait qui de Perrelet ou de Sarton en est l’inventeur | Photo : Abraham-Louis Perrelet

On ne sait qui de Perrelet ou de Sarton en est l’inventeur | Photo : Abraham-Louis Perrelet

Le français Abram-Louis Breguet avait déjà tenté de créer un tel fonctionnement.  Il abandonna, le procédé jugé trop couteux et complexe.

C’en en voyant celles de Perrelet qu’il s’intéressa à nouveau aux montres automatiques. Il améliora ensuite leur mécanisme. Il appela ces montres « perpétuelles ».

D’autres horlogers s’intéressèrent à la montre automatique et créèrent leur propre système.

Un nouveau souffle avec la montre-bracelet

Une de nos montres bracelet automatiques | Photo : Montre homme automatique collection Héritage

Une de nos montres bracelet automatiques | Photo : Montre homme automatique collection Héritage

Par la suite, la popularisation de la montre-bracelet donna un nouveau souffle à la montre à remontage automatique. En effet, les mouvements du poignet étaient trop forts et il fallait trouver un mécanisme moins sensible aux mouvements que le précédent.

En 1924, les anglais John Harwood et Harry Cutis déposèrent un brevet pour un mécanisme comportant une masse (ou rotor) qui pivotait de deux cotés pour plus de stabilité. Néanmoins, il n’était pas possible d’utiliser un remontoir, la boîte contenant les mécanismes étant scellée.

Cela poussa d’autres horlogers à contourner ce problème, et ainsi naquirent les différents modèles de montres automatiques que nous connaissons aujourd’hui.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ? Connaissiez-vous l’histoire de la montre automatique ? Nous vous invitons à nous rejoindre sur les réseaux sociaux. Nous lirons vos commentaires avec grand plaisir.

Si vous êtes intéressé(e) par nos créations originales et sur-mesure, vous pouvez parcourir notre galerie ou nous contacter.