Il existe une multitude de pierres fines, et il en reste encore certainement d’autres à découvrir. Celle qui nous intéresse aujourd’hui, le chrysocolle, est riche d’histoire. Découvrez ce ravissant minéral connu depuis l’Antiquité.

Le chrysocolle : une pierre de cuivre et d’eau

A l’origine, le terme « chrysocolle » servait à désigner différents matériaux que l’on utilisait pour le travail de l’or. D’ailleurs, son nom vient du grec chrysos (or) et kolla (colle).

Désormais, ce mot désigne uniquement le minéral. Celui-ci est un silicate d’hydroxyde de cuivre, autrement dit un silicate hydraté de cuivre.

Il se compose d’oxygène, de cuivre, de silice, d’aluminium et d’hydrogène.

De ce fait, c’est une pierre ravissante d’un bleu / vert intense, et dont les incrustations dessinent des motifs veinés. Elle est d’un éclat vitreux, terreux ou parfois poudreux. Elle peut être translucide ou opaque.

Sa composition en eau en fait un minéral très fragile, d’une dureté comprise entre 2 et 4 sur l’échelle de Mohs. C’est un minéral amorphe, qui ne se présente donc pas en cristaux, mais plutôt sous la forme d’agrégats ou de veinules.

Sensible à la chaleur, cette pierre fine possède aussi la particularité de se dissoudre dans l’acide chlorhydrique.

On peut fréquemment trouver des inclusions de chrysocolle dans d’autres pierres riches en cuivre comme l’azurite, la ténorite, le quartz, la turquoise, la malachite ou encore la variscite. Ces pierres fines sont d’ailleurs fréquemment confondues avec le chrysocolle.

C’est un minéral plutôt abondant de part et d’autre de la planète. Il se forme principalement dans les mines de cuivre et d’or, dans les régions arides, grâce à la présence d’eaux riches en silice. On trouve des gisements dans près de 3000 endroits, où des spécimens peuvent atteindre deux kilogrammes !

Le minéral se trouve principalement en Allemagne, mais aussi en Australie, dans le sud-ouest des États-Unis, en Russie, au Congo… On peut même en trouver en France, par exemple en Alsace ou dans les Pyrénées Orientales.

Dans ces gisements, on le trouve fréquemment associé à d’autres pierres contenant également du cuivre. C’est le cas de l’azurite, la cuprite, la malachite ou encore la turquoise.

D’ailleurs, il existe plusieurs variétés de chrysocolles qui sont des mélanges entre le minéral et d’autres espèces. La pierre d’Eilat, par exemple, est un mélange de chrysocolle, de malachite et de turquoise.

Chrysocolle
Source photo

Le chrysocolle dans l’histoire et la culture

Contrairement à de nombreuses pierres qui n’ont été découvertes que récemment, il est fait mention du chrysocolle très tôt dans l’histoire de l’Humanité.

Le premier à le décrire est le savant grec Théophraste, dans son traité des pierres, en 315 avant Jésus-Christ.

A cette époque, on utilise la pierre pour le travail de l’or : elle sert à le souder.

L’on raconte que la reine d’Égypte Cléopâtre se déplaçait fréquemment avec du chrysocolle, auquel on attribuait des propriétés calmantes. Les Égyptiens avaient coutume de la porter lors de négociations.

Hippocrate vantait déjà les vertus médicinales de la pierre, qui continue à être utilisée ainsi au Moyen-Âge. Elle sert à nettoyer les plaies, mais aussi à la préparation de collyres pour les yeux.

En lithothérapie, on continue à lui prêter de nombreuses vertus. Pierre qui apporte apaisement, paix et renforce les liens, elle serait idéale pour les personnes agitées. On l’associe volontiers au féminin, et elle aiderait à réguler les cycles menstruels, les douleurs de l’accouchement ou la ménopause. C’est pour cela qu’au Pérou, on l’offre traditionnellement aux femmes enceintes.

Le chrysocolle est aussi apprécié dans l’art et la joaillerie.

Des Incas à nos contrées, cette belle pierre d’un bleu intense est très recherchée pour la confection d’ornements et de bijoux. Cependant, comme elle est très fragile, on lui préfère généralement les mélanges avec d’autres pierres. Les spécimens translucides sont les plus rares et recherchés en joaillerie.

A la Renaissance, on utilisait le chrysocolle pour l’élaboration de pigments destinés à la peinture.

Devenez incollable sur les pierres avec la Maison Bianchi

La Maison Bianchi partage régulièrement avec vous sa passion pour les pierres précieuses et les pierres fines. N’hésitez pas à parcourir nos articles sur le sujet et à nous suivre sur les réseaux sociaux pour ne rien manquer de futures publications !

Source photo de couverture