Dans notre dossier Bijoux célèbres, nous vous invitons à découvrir des pièces de joaillerie ou des pierres qui ont marqué l’histoire. Aujourd’hui, intéressons-nous à l’histoire qui entoure le fameux Collier de la Liberté.

Le collier de la liberté : histoire ou légende ?

On ne sait si les faits entourant le Collier de la Liberté sont établis. Voici ce qu’on a pu entendre sur ce somptueux bijou.

Il appartient à une comtesse polonaise. En 1777, la Guerre d’Indépendance secoue les États-Unis. Un galant homme polonais du nom de Tadeusz Kosciusko est sur place, et participe à la libération du peuple américain. Cet homme réputé charmant est connu dans la cour du roi Louis XVI. Il a notamment beaucoup de succès auprès des femmes.

Alors que Philadelphie est prise d’assaut, Kosciusko est sur place et bien vite, des rumeurs circulent sur le danger qu’il court.

C’est lors d’un bal masqué organisé à Paris que la comtesse polonaise a vent de ces rumeurs. Certaines versions de l’histoire affirment que Kosciusko et la comtesse sont amants. Nul ne sait ce qu’il en est réellement.

Elle prend alors une décision qui change le cours de l’histoire.

Elle se rend chez Benjamin Franklin, alors résident de la capitale française.

Le collier de la liberté et son rôle dans l’indépendance américaine

Le collier de la liberté et Benjamin Franklin
Benjamin Franklin | Source photo

Alors que l’actuel Ambassadeur des États-Unis, fervent défenseur de l’indépendance est en train de travailler, il reçoit la jeune femme prise de panique. Il la rassure alors avec bienveillance sur le sort de Kosciusko. D’après les informations qui lui ont été transmises, ce dernier est bien vivant et les rumeurs sont donc infondées.

La comtesse polonaise, ainsi rassurée, tient à témoigner sa reconnaissance et à apporter son aide à la cause de Benjamin Franklin et des indépendantistes.

Elle retire alors le collier qu’elle porte et le tend à Franklin avec ces mots :

« Il y a treize émeraudes carrées et treize émeraudes en poire, une pour chacune des treize colonies. Je vous en supplie, acceptez ces bijoux au nom de la Liberté. »

Benjamin Franklin accepte ce présent avec gratitude, et décide de l’appeler « collier de la Liberté ». Il le place alors chez des banquiers français et perçoit une somme en échange du bijou.

On dit qu’avec la somme perçue, il achète de l’artillerie afin de libérer Philadelphie et de faire triompher ses alliés. Certains affirment même que la cause de Franklin aurait été perdue sans ce collier !

L’histoire raconte qu’ensuite la comtesse a pu récupérer son collier et son amant. Une histoire au charme indéniable, qui fait de ce collier un bijou exceptionnel.

Qu’est-devenu le Collier de la Liberté ?

Le Collier de la Liberté est une pièce somptueuse constituée de treize grosses émeraudes en forme de poire, treize grosses émeraudes carrées et treize petites émeraudes carrées.

Ces joyaux sont entourés de diamants, et sertissent un collier fait d’or et d’argent.

Il semble qu’il disparaît lors des tumultes de la Révolution Française. On en retrouve sa trace en 1885, au Mont de Piété à Paris. Heureusement, le collier est toujours en parfait état.

Personne ne vient le réclamer. Une fois le temps de conservation légal est écoulé, le Mont de Piété décide alors de mettre le Collier de la Liberté en vente.

C’est en 1925 que de potentiels acheteurs semblent enfin s’intéresser au collier. Ces sont les célèbres joailliers Van Cleef & Arpels. Les fondateurs de la marque éponyme en sont toujours aujourd’hui propriétaires. Désormais, il trône dans leur collection, assorti d’une ravissante paire de boucles d’oreille.

Ne manquez pas nos articles sur les bijoux célèbres !

La Maison Bianchi agrémente régulièrement son blog d’articles sur l’histoire de la joaillerie et des bijoux qui l’ont marquée. N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux pour ne rien manquer de ces anecdotes.

Source photo de couverture