Quand on pense à la tradition horlogère, c’est souvent à la Suisse que l’on pense en premier. En effet, malgré des périodes difficiles, elle s’est imposée comme référence dans le monde horloger. Pourtant, un pays voisin fait de plus en plus parler de lui avec l’essor de grandes marques et de montres haut de gamme d’une qualité irréprochable. Découvrez ou redécouvrez aujourd’hui l’Allemagne et sa tradition horlogère.

Les prémices de l’horlogerie en Allemagne

Avec la démocratisation de l’horlogerie en Europe, au XVIème siècle, l’Allemagne dispose elle aussi de ses horloges d’édifice, et de ses artisans horlogers.

On attribut même la création de la première montre à un horloger allemand, Peter Henlein, bien que des sources affirment que des modèles de garde-temps portatifs existaient déjà. C’était en 1504.

L’Allemagne se fait ensuite plutôt discrète dans le domaine de l’horlogerie, jusqu’à la seconde moitié du XIXème siècle.

C’est en 1841 que son histoire connaît un changement pas si anodin. L’horloger Ferdinand Adolph Lange revient dans sa ville natale de Dresde, après avoir vécu en Suisse et en France. Fort de ses apprentissages, il souhaite créer son atelier d’horlogerie. Il réussit à obtenir l’aide financière du gouvernement royal de Saxe.

Ferdinand Adolph Lange, horloger allemand
Ferdinand Adolph Lange, horloger allemand

À cette époque, la région est ravagée par la guerre et les épidémies. La plupart de ses habitants sont agriculteurs ou travaillent dans les mines de fer. Beaucoup sont également à la recherche d’un travail. L’horloger Lange décide alors de recruter au sein de cette population pour établir son atelier d’horlogerie, composé alors d’une quinzaine de travailleurs.

C’est à Glashütte, en Saxe, qu’il décide de s’implanter, pour relancer l’industrie horlogère allemande. Le choix de cette petite ville n’est pas anodin. En effet, les mines de fer et les ouvriers y sont nombreux.

Lange promeut Glashütte et peu à peu, d’autres ateliers d’horlogerie viennent s’y établir. Ils forment un conglomérat et décident d’inscrire sur leurs créations « Glashütte original ». C’est ainsi que l’Allemagne devient prolifique et réputée dans l’horlogerie.

Les aléas de l’horlogerie allemande

L’industrie horlogère allemande ne connaît pas que des heures de gloire. Les aléas de l’histoire, les guerres mondiales puis le communisme ont raison de l’économie du pays et cela se ressent dans la création horlogère.

La plupart des maisons sont bombardées à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Puis lorsque le pays est fractionné en deux parties, c’est l’État qui prend le contrôle de l’horlogerie saxe.

Il faut attendre la chute du mur et la réunification des deux Allemagne en 1990 pour voir renaître l’horlogerie de Glashütte et du pays.

L’horlogerie allemande de nos jours

Désormais, la ville de Glashütte est réputée pour son histoire horlogère et nombreux sont les passionnés d’horlogerie à s’y rendre. De nombreux musées et maisons d’horlogerie s’y sont établis.

Dans les musées d’horlogerie de Glashütte, on peut constater les aléas de l’histoire horlogère du pays au fil des années. Des montres sans prétention succèdent à des montres haut de gamme.

Les montres allemandes, notamment des maisons Glashütte et A.Lange & Söhne sont réputées pour leur grande durabilité et leur qualité.

Glashütte est une des marques les plus reconnues en horlogerie allemande | Source photo
Glashütte est une des marques les plus reconnues en horlogerie allemande | Source photo