Dans notre dossier Récits horlogers, découvrons aujourd’hui les horloges du célèbre musée d’Orsay, à Paris.

Le musée d’Orsay : originellement un palais

Si vous êtes déjà allé au Musée d’Orsay et vous êtes demandé pourquoi une grande horloge trône dans le hall principal, nous avons la réponse.

Avant d’être inauguré comme musée par Valéry Giscard d’Estaing en 1968, Orsay a été un palais puis une gare.

En 1810 le Palais d’Orsay est édifié par Jacques-Charles Bonnard à la demande de l’empereur Napoléon 1er. Ce palais abrite d’abord le Conseil d’État puis la Cour des Comptes y est ajoutée. La fin précipitée du Second Empire voit le Palais détruit par les flammes des communards en 1871. Ce célèbre incendie est même décrit par Émile Zola dans son roman La Débâcle.

Suite à cela, le palais n’est que ruines. Le palais abritait les fresques de Théodore Chassériau dont seules 60 mètres carré ont pu être épargnées par les flammes. On peut désormais en voir une partie au Musée du Louvre.

L’emplacement désormais vacant du Palais d’Orsay est alors racheté par la Compagnie Paris-Orléans, pour y bâtir une gare.

La gare d’Orsay : chef d’œuvre de l’académisme français

L’architecte renommé Victor Laloux a la mission délicate de construire une bâtisse représentant le savoir-faire français et répondant aux critères de l’Académisme courant à cette époque.

Les travaux débutent en 1898. Ils s’achèvent comme prévu en 1900, juste à temps pour accueillir les voyageurs venus assister à l’Exposition Universelle.

Une grande verrière à structure métallique est édifiée, cachée par un parement tout de pierre. De grands sculpteurs sont à l’origine des trois statues monumentales qui ornent le Musée, et de grands peintres sont chargés de la réalisation de fresques.

Enfin, trois horloges sont installées dans la gare : une à l’intérieur dans le hall principal, et deux à l’extérieur du bâtiment.

L’horloge qui trône toujours dans le hall principal du Musée d’Orsay servait autrefois à donner l’heure aux voyageurs de la gare. Source photo
L’horloge qui trône toujours dans le hall principal du Musée d’Orsay servait autrefois à donner l’heure aux voyageurs de la gare. Source photo

La gare connaît une époque de grande affluence, jusqu’à la fin des années 30, période où ses quais deviennent trop courts pour le transport ferroviaire.

En 1940, pendant la Seconde Guerre Mondiale, la gare est désormais une plateforme de tri des colis destinés aux soldats français.

Puis, à la fin de la guerre en 1945, c’est un espace de transit pour les prisonniers de guerre français suite à leur retour d’Allemagne.

Suite à cela, la gare est petit à petit abandonnée et désaffectée.

Dans les années qui suivent, la gare a de multiples usages. Elle sert d’entrepôt pour le vide-grenier de l’Abbé Pierre, on y tourne des films, comme le célèbre Procès d’Orson Welles, on y abrite un théâtre.

Il est question pendant un temps de détruire l’édifice pour le remplacer par des bâtisses plus modernes. Heureusement, certains militent pour sa préservation et le bâtiment est finalement classé monument historique en 1973.

Le musée d’Orsay : une gare transformée en galeries d’art

C’est sous l’impulsion du président Valéry Giscard d’Estaing que l’on décide finalement de faire de la gare un musée censé compléter le Louvre.

Plusieurs architectes sont commandités pour les travaux.

La gare d’Orsay existe toujours sous le musée. Désormais souterraine, elle abrite les voies du RER C.

Les horloges de la gare réalisées par Victor Laloux sont des œuvres d’art qui ont plusieurs fonctions : elles donnent l’heure et à travers le cadran des deux horloges extérieures, on peut jouir d’une vue imprenable de Paris.

Il faut pour cela se rendre au cinquième et dernier étage du Musée qui abrite désormais, entre autres, un café restaurant.

De là, les horloges sont comme des fenêtres sur Paris et ses monuments riches d’histoire.