Dans notre dossier Pierres fines, découvrons aujourd’hui l’apatite, une gemme ravissante à la réputation d’être trompeuse.

L’apatite, une pierre trompeuse

L’apatite tire son nom du grec ‘apatan’ qui signifie tromper. En effet, cette pierre fine a la réputation d’être difficile à cerner, tant au niveau de son aspect que de sa couleur. Ainsi, on la confond donc souvent avec d’autres pierres, comme la topaze ou la tourmaline.

Cette pierre est en grande partie composée de phosphate dit hexagonal. A ce titre, elle est composée de plusieurs minéraux et n’est pas considérée comme un minéral brut. Il en existe trois espèces aux compositions chimiques différentes : la chlorapatite, la fluorapatite et l’hydroxyapatite.

On la retrouve sous plusieurs coloris : principalement vertes ou bleues, il en existe également des jaunes, rouges, brunes ou incolores.

Bien qu’elle soit abondante à de nombreux endroits, peu de spécimens sont qualifiés pour la réalisation de joaillerie. Les gisements où ils sont les plus abondants sont en Amérique du Nord, du Sud, en France ou encore au Pakistan. Même à ces endroits, trouver une apatite qui présente peu d’inclusions ou impuretés reste assez rare. C’est donc une pierre gemme très recherchée et appréciée.

D’une dureté de 5 sur 10 sur l’échelle de Mohs, c’est une pierre relativement friable et fragile. Elle est donc difficile à polir pour la réalisation de bijoux.

L’apatite est une pierre aux multiples aspects et couleurs | Source photo
L’apatite est une pierre aux multiples aspects et couleurs | Source photo

L’apatite dans l’histoire et la culture

Dans la mythologie grecque, Apaté est la divinité de la tromperie et de la supercherie. La pierre apatite, elle, est découverte et étudiée bien après ces légendes.

C’est en 1767 seulement qu’un naturaliste espagnol, Pedro Francisco Dàvila mentionne l’apatite, alors décrite comme pierre phosphorique, du fait de sa contenance en phosphore. Il faut attendre 1786 pour que le géologue allemand Abraham Gottlob Werner étudie la pierre plus en profondeur.

Ainsi, c’est lui qui la surnomme apatite. La composition de la pierre n’est alors pas complètement connue. C’est à la toute fin du XVIIIème siècle qu’on arrive à la déterminer.

L’apatite est un groupe de minéraux abondant dans le corps humain ou les animaux. On en trouve même sur la Lune !

En joaillerie, on l’apprécie beaucoup pour la réalisation de cabochons ou de pierres à facettes.

En lithothérapie, on lui attribue de nombreuses vertus. Elle favoriserait la perte de poids, en diminuant l’appétit. Composée de phosphore, elle serait donc bénéfique pour le système osseux. Elle aiderait également à calmer des émotions trop fortes et donnerait de l’inspiration aux artistes.

 

Source photo couverture