Alexandre Bianchi

Artisan joaillier créateur

Le fils de Pierre et Maria, Alexandre, est né en 1981. Quand il se rappelle son enfance, il se revoit dans l’atelier de son père, passant son temps libre à démonter de vieux réveils et à fabriquer ses premières bagues. On com-prend pourquoi il a été attiré par la joaillerie, un univers qu’il apprécie avant tout pour ses couleurs et ses possibilités de créations presque infinies.
C’est dans la lignée de la passion respective de ses parents, Pierre pour l’horlogerie et Maria pour les pierres, qu’Alexandre choisit de poursuivre ses études à l’école de Morteau.

En 1999, il obtient son certificat d’aptitude professionnelle de bijouterie. S’ensuivent des études des pierres précieuses et fines à l’Institut National de Gemmologie de Paris, puis un passage par l’école de bijouterie joaillerie de Morteau. S’il opte pour la joaillerie, il réussit initialement ses concours en horlogerie. Les cours de bijouterie joaillerie et d’horlogerie étant dans la même école, il se forme ainsi aux deux disciplines.

En 2003, il sort diplômé du Brevet des métiers d’art avant d’achever ses études en 2005 par un Diplôme de Métiers d’Art et des Joyaux à Saint Amand Montrond. Son rêve secret est alors à portée de main : il peut exer-cer « son art » dans une maison prestigieuse de la place Vendôme. Il y apprendra à écouter une clientèle exigeante et répondre à ses attentes.

En 2006, il complète son parcours par une formation de diamantaire au HRD Institute of Gemmology d’Anvers.
Pendant deux ans, jusqu’en 2008, Alexandre travaille pour des entreprises de bijouteries reconnues en Lorraine, dont celle de Baccarat. Son objectif est clair : il souhaite acquérir une vision globale et différente de l’artisanat, apprendre son métier de manière structurée et l’inscrire dans une logique internationale. En prenant des responsabilités dans ces entreprises artisanales de renommée mondiale lui a permis de développer son savoir-faire, et devenir, quelques années plus tard, complémentaire à ses parents.

A son retour en Moselle en 2008, il rejoint l’entreprise familiale. Avec l’aide de sa sœur Lydia, ils écrivent une nouvelle page, insufflent un nouveau tournant à l’entreprise. Lydia est avocate de métier : elle protège les intérêts familiaux et aide au développement de la clientèle étrangère. Alexandre s’attèle quant à lui à la création d’une branche joaillerie orientée vers la conception de bijoux uniques et sur-mesure.