Dans notre dossier Pierres Fines, nous nous intéressons à toutes sortes de gemmes, des plus communes aux plus rares. Partons aujourd’hui en Sibérie, sur les bords de la rivière Chara, pour découvrir une pierre aux couleurs et aux nuances exceptionnelles, la charoïte.

La charoïte, une pierre découverte assez récemment

La charoïte (prononcez tcharoïte) est une pierre qui a été découverte pour la première fois en 1947 seulement !

Cette espèce minérale fait partie du grand groupe des silicates, du sous-groupe des inosilicates. Elle se compose principalement d’hydrosilicate complexe de potassium, de calcium, sodium, baryum et strontium.

Elle a un système cristallin monoclinique, qui se distingue par la présence d’un axe de symétrie. Elle présente une dureté de 5 à 6 sur l’échelle de Mohs, ce qui en fait un minéral relativement fragile.

D’un éclat vitreux ou nacré, elle se caractérise généralement par une belle couleur mauve, mais peu tirer vers le rouge ou le blanc.

La charoïte se forme dans les massifs calcaires, mais uniquement en cas de températures excédant les 200 degrés, en présence de calcium et de potassium. Le seul gisement connu se trouve en Sibérie, dans le massif de l’Aldan, non loin du lac Baïkal.

La charoïte, pierre fine
Source photo

La charoïte dans l’histoire et la culture

Rares sont les pierres que l’on ne peut trouver qu’à un seul endroit sur Terre, et pourtant, il semblerait que ce soit le cas de la charoïte. Cette particularité fait donc qu’elle est découverte très tardivement dans l’histoire, dans les années 40.

Ce n’est que dans les années 70 qu’elle est identifiée comme une nouvelle espèce par le géologue russe Youri Rogov. Celui-ci, qui travaille dans l’exploitation des réserves d’uranium, se rend tout d’abord à Paris pour la présenter à des confrères. Ceux-ci travaillent au Musée Minéralogique, qui dispose d’une collection de minéraux considérée comme la plus complète au monde.

Face à la méconnaissance de la pierre, Rogov se rend à l’évidence : c’est une nouvelle espèce. Il la nomme charoïte, en référence à la rivière Chara qui traverse la chaîne de montagnes dont elle est originaire. Chara vient du russe « charme » ou encore « magie ».

Cette pierre est extrêmement rare, et ce, pour plusieurs raisons. Comme nous l’avons vu, elle n’est à priori disponible qu’en Sibérie. C’est un endroit difficile d’accès, aux conditions climatiques rudes, qui freinent l’exploitation des gisements.

Du fait de sa beauté et de son extrême rareté, la charoïte est très recherchée par les collectionneurs, qui l’affectionnent tout particulièrement dans sa forme brute.

C’est une pierre également appréciée en joaillerie, ou polie, elle est souvent taillée en cabochon. Elle sert aussi à la confection d’ornements.

La lithothérapie, la discipline du soin par les pierres, lui attribue de nombreuses vertus. Détoxifiante, elle renforcerait le système immunitaire et serait l’alliée idéale des pertes de poids. En ce qui concerne ses effets sur le mental, elle pourrait aider à calmer les angoisses et à apaiser un sommeil agité. On l’associe aux signes Sagittaire, Capricorne et Scorpion.

La Maison Bianchi vous invite à découvrir les pierres

Initiiez-vous ou redécouvrez les pierres avec la Maison Bianchi, en parcourant nos articles dédiés. N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux pour ne rien manquer de nos publications sur le sujet, postées régulièrement.

Source photo couverture